dimanche 11 septembre 2011

Ron Rivera est fin prêt.

Jeudi matin, après la réunion avec ses coordinateurs et ses assistants, Ron Rivera s'est retrouvé seul dans son bureau dans l'enceinte du Bank Of America Stadium, le Head Coach des Carolina Panthers  a pensé longuement à ce match de dimanche.
Pas sur les options de Blitz ou les manières de défendre contre Larry Fitzgerald. Pas sur le fait de savoir si il avait fait le bon choix en lançant le rookie Cam Newton en tant que starter dans son premier NFL match de saison régulière. Ron Rivera a juste longuement pensé à son moment.
Étant passé par neuf entretiens pour des postes de HC pour entendre que quelqu'un d'autre avait obtenu le poste, Ron Rivera a finalement obtenu un oui du propriétaire des Panthers Jerry Richardson en Janvier dernier.
Seul dans son bureau le jeudi matin, Coach Rivera a pensé au match d'ouverture de ses Panthers à Phoenix contre les Arizona Cardinals au University of Phoenix Stadium.
Il a pensé à son équipe. "C'est un aboutissement pour moi. J'ai travaillé si longtemps pour cela et maintenant j'ai enfin ma chance" a déclaré Ron Rivera, 49 ans, fils d'un vétéran de 32 ans de l'armée américaine, originaire de Puerto Rico. 
Dix-neuf ans après le dernier match de sa carrière de joueur, Ron Rivera a été chargé de restaurer l'énergie perdue d'une franchise de Caroline du Nord qui ne gagna seulement que 2 matchs la saison dernière.
Les Head Coachs rookies n'héritent pas souvent de belles demeures. Rivera a hérité d'une Franchise NFL en totale reconstruction. Peu importe tout cela. Ron Rivera a eu une vision, un plan, une grande chance.
"C'est un homme très humble et très simple.", a déclaré Jerry Richardson.
Tres lucide, Rivera possède une discipline militaire basée sur une éthique de travail nourri de son enfance et une compréhension de ce qu'est le football. Après avoir joué LB pendant neuf ans à Chicago, où il faisait partie de la fameuse équipe des Bears ayant remporté le Super Bowl 1985 et après avoir été libéré sept ans plus tard par la même organisation, Rivera a vécu à Chicago la douleur et la gloire.
Il croit d'abord dans les principes de football simples, jouer dur et jouer vite. C'est ce qui à impressionné Jerry Richardson lors de son entretien d'embauche.
Comme si le défi de Rivera n'étaient pas assez grand, les Panthers en reconstruction jouent dans une division NFC South qui a produit trois équipes avec au moins 10 victoires la saison dernière et cela avec une Off Season ralentie cette année par le lock-out. Il a été engagé en Janvier, mais il n'a pas pu s'adresser à son équipe jusqu'à ce qu'il les rencontrent au camp d'entraînement à Spartanburg il y a six semaines.
Il a complimenté ses différends entraîneurs et ses coordinateurs pour ce qu'ils avaient accompli à Spartenburg, "Ils ont fait un travail énorme" et il a exprimé le même sentiment sur ses joueurs.
Ayant joué sous les ordres de Mike Ditka et Buddy Ryan à Chicago et ayant commencé sa carrière d'assistant Coach sous ceux des coordinateurs défensifs Jim Johnson, Andy Reid et Norv Turner, entre autres, Rivera a vite assimilé sa compréhension de la façon de bien Coacher mais aujourd'hui il a adapté son propre style et sa propre personnalité.
Ron Rivera a vite trouvé son rythme. Quand il voyait des choses qu'il n'aimait pas, il aboyait sa frustration, entrait dans le milieu de l'action et offrait sa critique acerbe aux joueurs. Quand il voyait les choses qu'il aimait, il le disait également longuement aux joueurs.
Quand il vit Newton souffrir après une journée de camp d'entraînement difficile, Rivera alla dans la chambre de son rookie et passa 45 minutes à prodiguer ses conseil au jeune quart.
Lorsque la carrière de joueur de Rivera pris fin, il travailla pendant quatre ans à la télévision pour commenter les matchs des Bears. Plus tard, il rejoigna le staff du HC Dave Wannstedt comme Quality Defensive Coach, sa carrière d'entraîneur était né.
Au fil des ans, Rivera s'est construit une réputation en tant que spécialiste défensif. Il fut le DC des Bears lorsque ceux ci arrivèrent au SuperBowl en 2006 et la saison dernière, sa défense de San Diego termina première NFL pour les Yards concédés.
Chaque intersaison, il avait des entrevues pour des postes ouverts de HC, dont six après la saison 2006 des Bears.
Neuf fois Ron Rivera a entendu les différentes équipes lui dire merci, mais ils avaient choisi les neufs fois d'aller dans une direction différente.
"Je n'ai jamais perdu espoir" a déclaré Ron Rivera. "Je savais que j'obtiendrai une chance un jour."
Sa femme, Stéphanie, a dit qu'il avait écouté le conseil de ceux qui disaient que la bonne occasion se présenterait. "Les gens à l'intérieur lui ont dit d'être patient et que cela arriverait" dit-elle. "Quand cela serait le cas, ce serait le meilleur ajustement pour lui et c'est ce qui s'est passé." Mais simplement trouver un emploi de Head Coach n'est pas suffisant pour lui. "Ceci est seulement une partie de son objectif" a déclaré Stéphanie Rivera. "La deuxième étape consiste à remporter un championnat."
Dimanche, peu avant le coup d'envoi, Ron Rivera aura un autre moment face à lui-même. Il sera sur le banc de touche, attendant le coup d'envoi et il va chercher son épouse du regard dans les gradins.
"Je vais pointer mon doigt vers elle", "pour lui faire savoir que nous l'avons finalement fait."
Coach Ron Rivera et sa femme Stéphanie, à droite
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire