lundi 3 octobre 2011

Les TE, la force numéro 1 des Panthers...

Wesley Walls, l'homme dont le nom a commencé et terminé toutes les discussions sur le poste de TE dans l'histoire des Panthers, se dresse sur cette photo entre Greg Olsen et Jeremy Shockey jeudi dernier, exhibant fièrement ses cicatrices de bataille.
Olsen et Shockey écoutent attentivement Walls, qui bien sûr, parle de football avec le monstre à deux têtes des Panthers cette saison.
Après plusieurs saisons où la position de TE était devenu principalement un poste de bloqueur supplémentaire, les Panthers ont écouté la demande du HC Ron Rivera et du coordinateur offensif Rob Chudzinski qui consistait à utiliser Shockey et Olsen - les deux principales acquisitions de l'intersaison - comme les receveurs primaires dans une offense construit autour du jeu de passe.
Greg Olsen et Jeremy Shockey ont combiné 21 réceptions pour 306 yards depuis le début de la saison et le TD d'Olsen contre Jacksonville a donné la victoire aux Panthers dimanche dernier. Après trois matchs la saison dernière, les TE des Panthers avaient cumulé huit catchs pour 86 yards et aucun TD.
Jamais, depuis Walls, qui a joué pour les Panthers de 1996 à 2002 (il occupe toujours la troisième places aux  réceptions (324) et aux passes de TD (44) dans l'histoire des Panthers...), le poste de TE n'avait été l'une des pièce maîtresse de loffense des Panthers.
Désormais avec Olsen et Shockey, Walls se sent de nouveau chez lui. "Vous êtes le renouveau de la position de TE dans cette équipe".
 
Olsen et Shockey. Il est difficile de parler de l'un sans parler de l'autre cette saison. "Ils se ressemble tellement" dit Steve Smith. "Ils sont cool. Ils sont énergiques. Ils obtiennent la balle. C'est un bon changement de rythme avec ces gars là. Ils ont un avantage pour eux, un réel avantage." C'est une des raisons pour laquelle Olsen et Shockey sont ici. Lorsque Rivera a embauché comme coordinateur offensif Rob Chudzinski, le plan était de construire un schéma offensif semblable à celui qu'ils avaient joués avec les Chargers de San Diego. Cela signifiait faire de la position de TE une véritable arme et pas seulement un bloqueur supplémentaire, de la façon dont les Chargers l'avaient fait avec le Pro Bowler Antonio Gates.
Lorsque Shockey, avec ses 10 années d'expérience et ses bras tatoués, était à la recherche d'une nouvelle Franchise NFL après trois saisons à la Nouvelle Orléans et sept avec les Giants de New York, il a opté pour les Panthers.
Le Shock, Wesley Walls et Greg Olsen

Quand le mot est sorti qu'Olsen était sur le marché des transferts après quatre saisons avec les Bears, les Panthers n'ont pas hésité une seule seconde.
"Dès que nous en avons eu l'occasion, nous l'avons fait immédiatement", explique Ron Rivera.
Avec deux anciens TE de l'Université de Miami (un trait qu'ils partagent avec Rob Chudzinski qui les a précédés à Miami U) les Panthers possédent deux grosses et rugueuses cibles pour le QB rookie Cam Newton, qui n'a pas perdu de temps à développer ses relations avec ses deux TEs
Sont-ils aussi semblables que Steve Smith le suggère?  "Beaucoup de choses les differencie" dit Coach Chudzinski. Mais au-delà du football ...  "Ils sont tres différents" dit Ben Hartsock, le troisième TE de l'équipe.
"Le père de Greg Olsen est Coach au lycée et il a entrainé son fils dans les moindres détails. J'ai été vraiment impressionné par la manière dont il sait l'affectation de chaque joueurs sur tous les jeux offensifs. Shockey connaît son job, mais il s'agit plus d'un joueur de réaction-type."
Shockey et Olsen ont des casiers qui sont côte à côte dans le vestiaire des Panths.
Demandez à Shockey et Olsen s'ils se ressemblent. .. "Il est marié et a des enfants. Je suis célibataire et je n'en ai pas" dit Shockey dans un grand sourire.
Dimanche dernier contre les Jaguars, lorsque la pluie avait cessé, Cameron Newton et Greg Olsen sont allés ensemble chercher le TD de la victoire. "C'est agréable de courir et d'attraper la balle pour un TD" dit Olsen.
Lorsque le 3e TE Ben Hartsock a signé avec les Panthers au cours de l'été, il pensait simplement avoir Jeremy Shockey comme coéquipier.
"J'ai été très heureux de pouvoir profiter de l'expérience de Jeremy Shockey, car experience de la gagne le précède".
Shockey jouait avec les Giants de New York lorsqu'ils ont remporté le Super Bowl XLII il ya quatre saisons (même si il était sur la liste des blessés à la fin des Playoffs) et il était avec les New Orleans Saints quand ils l'ont gagné deux ans plus tard.
Il est un individualiste dans un jeu d'équipe ultime. Il parcourt le monde lors de son temps libre, préférant aller pêche en haute mer au large des côtes de l'Amérique centrale ou alors disparaitre sur les routes de pays etrangers équipé d'un sac à dos en écharpe sur ses épaules épaisses.
Les bras de Jeremy Shockey sont tatoués et comprennent un déssin sur son bras droit d'un pygargue à tête blanche ainsi que le drapeau américain.  "Shockey est classique" dit de lui Steve Smith.
Il joue avec un feu incomparable qui a parfois également joué contre lui. Shockey a été souvent critiquée pour être "difficile" à gerer, une réputation qui l'a suivi à Charlotte, mais il a été jusqu'à présent irréprochable dans sa façon de travailler.
"Il est le pro ultime" explique Rivera. "Je ne pouvais pas être plus heureux avec un TE vétéran de sa classe. Il a été formidable cet été."

Lorsque le camp d'entraînement a commencé dans la chaleur de Spartanburg, il y avait Shockey qui participait à tous les jeux offensifs, en raison des règles relatives au lock-out, ni Olsen, ni Hartsock ne pouvaient participer aux entrainements durant la première semaine du camp.
Shockey a pris les devants, veillant à donner à Newton l'avantage de travailler avec un TE vétéran tous les jours, impressionnant par la même occasion Ben Hartsock et bien d'autres joueurs des Panthers.
Il a même sauvé la vie d'Hartsock un jour où il a effectué la manoeuvre de Heimlich sur son coéquipier, qui s'étouffait avec un morceau de porc au cours d'un déjeuner.  
"Je pensais avoir à faire à une fortr tête quand nous avons signé le Shock, mais il a été extrêmement différent de ce que je pensais" dit Newton. "Les gens parlent beaucoup sur la manière dont il est, et ceci et cela. Il a été incroyable, un coéquipier incroyable qui a toujours cherché à m'aider". "Il apporte cette vibe de gagnant à l'équipe."
Jeremy Shockey, entre autres, a apporté une combativité aux Panthers qui lui faisait défaut la saison dernière. Appelez ça la passion. Appelez cela l'intensité. Appelez cela une dose nécessaire de ce que les Panthers avaient besoin.
"Les gars comme ça sont tres précieux pour une équipe" dit Hartsock. "Je ne sais pas comment il a été dans les vestiaires de ses autres équipes, mais les gars peuvent compter sur lui. Il travaille dur, il est un tres bon exemple, il rend les autres meilleurs".
"Il va sur le terrain et vous le voyez, il dnne tout ce qu'il a dans le ventre. Une équipe comme celle-ci à besoin de joueurs comme ça.
"Chaque équipe dans laquelle j'ai pu jouer avait un gars ou un groupe de gars sur lesquels ils pouvaient se reposer. Je pense que cette équipe travaille enormement pour progresser, mais Jeremy Shockey a fait un bon travail pour être ce gars-là."
"Il a vécu une vie tres interessante" dit Hartsock. "Il a été partout. Il a grimpé des montagnes et fait ceci et cela. C'est assez impressionnant de l'entendre raconter ses histoires"
D'un point de vue technique, il ya de nombreuses raisons de voir Greg Olsen et Jeremy Shockey réussir dans l'offense de Rob Chudzinski.
Ils peuvent être positionnés sur formations larges, créer des décalages avec les CB ou les Safety. Ils peuvent jouer à l'intérieur et être efficace contre les Linebackers, qui manquent souvent de vitesse pour couvrir chaque TE. Ils sont tous deux de bons bloqueurs sur les différentes course et leur polyvalence étend considérablement les possibilités offensives des Panthers.
Avec les deux Shockey et Olsen comme cibles principales de l'offense, cela oblige les defenses adverses de détourner une partie de leur attention de Steve Smith à l'extérieur. Les Panthers ont été soucieux de créer un schéma qui complète les capacités athlétiques de Cameron Newton, lui permettant de s'appuyer fortement sur Olsen et Shockey sur tracés courts (des passe à haut pourcentage) tandis que Newton apprend encore les différentes nuances de la Pro-Style  NFL.
Au cours des trois premiers matchs, Olsen et Shockey ont représenté 17 First Downs des Panthers, exactement 25 pour cent des First Downs de l'équipe, un chiffre considérable.
"C'est toujours bon d'avoir d'autres gars qui font également avancer l'offense." a dit Shockey".
Il a été formidable. Nous avons vraiment bien travaillé ensemble et j'ai beaucoup appris avec lui" a dit Olsen.  "Cela a été un excellent partenariat  jusqu'à présent."

2 commentaires:

  1. je suis fan des 2 joueurs !! je connaissais pas trop olsen mais shockey depuis que je suis le foot US

    RépondreSupprimer
  2. Comme Kennedy j'ai toujours eu de l'admiration pour ce joueur (JS) avec une personnalité.
    Donc c'est un superbe article avec en plus la participation de WW wow!

    RépondreSupprimer