jeudi 1 décembre 2011

Thomas Keiser, histoire d'un mort de faim...


Si une carrière NFL n'est jamais vraiment assurée, le DE rookie des Panthers Thomas Keiser a voulu s'assurer qu'il ne quitterait pas cette ligue avec des regrets.

Alors il a couru...
 
Seul, après les entrainements et surtout le samedi avant les matchs qu'il ne jouait pas avec son équipe, Keiser trouvait un endroit isolé sur le terrain d'entrainement des Panthers et il s'astreignait à des séances de sprint sur 100 yards, poussant son physique d'1 m88 et 120 Kg  à travers des séances supplémentaires. Il ne le faisait pas pour les Coachs, Thomas Keiser le faisait pour lui, car il voulait devenir bien plus qu'un simple membre du practice squad des Panthers.
Thomas Keiser a quitté Stanford après sa saison junior au début de l'année 2011, laissant derrière lui une autre saison possible avec le Quaterback Andrew Luck sur le campus de Palo Alto, en Californie, où il aimait traîner avec son amie la golfeuse Michelle Wie et d'autres amis à lui.
Il pensait à l'époque être assez bon pour jouer dans la NFL comme Défensive End, mais il ne fut pas invité au Combine d'Indianapolis, un premier indice sur sa non-séléction dans la draft 2011. Le jour du Pro-Day à Stanford où les scouts viennent tous pour évaluer les différents prospects, Thomas Keiser senti rapidement une pointe à la cuisse, lors de son premier 40 yards, un deuxième coup du sort. Durant la draft qui suivit, son nom ne fut jamais appelé.
Durant le lock-out, il se demandait même s'il devait s'enrôler dans l'armée et, comme son père, rejoindre une unité d'opérations spéciales.
"J'ai discuté avec des militaires et avec mon père pendant le lockout et fondamentalement ce qu'il m'a dit c'est que j'avais consacré ma vie au football depuis ma cinquième année. Je lui avais répété que la NFL était l'endroit où je voulais évoluer. "Tu es si proche maintenant, tu as simplement besoin de sortir t'entrainer et d'atteindre cet objectif" a déclaré Keiser.
Il y a deux semaines, Thomas Keiser a joué son premier match NFL et a réalisé un tackle contre les Titans sur sa première action professionnelle. La semaine suivante à Detroit, il a sacké le QB Matthew Stafford à deux reprises. Dimanche, il était avec les Panthers à Indianapolis, continuant sa course vers son rêve de jouer dans la NFL.
 
Une possible option à long terme
 
Il évolue derrière Charles Johnson et Greg Hardy, les deux starters aux postes de DE et tourne dans la rotation des special team. Comme les nombreux jeunes joueurs que le Head Coach de 1ere année Ron Rivera et son personnel ont lancé lors des six derniers matchs, Keiser est l'un des jeunes joueurs qui à reçu la chance de jouer non seulement pour les Panthers cette saison mais peut-être également, pour faire parti de l'avenir à long terme de cette Franchise.
"Il a fait tout ce que vous êtes censé faire pour devenir un véritable professionnel" a déclaré Ron Rivera. "C'était juste une question de temps. Quand il en a eu l'occasion, il l'a saisie et il court avec elle en ce moment." Lorsque Keiser parle de la façon dont il est arrivé ici, il marque une pause lorsque on lui demande comment il se sent actuellement. "C'est Surréaliste" dit-il.
Il ne s'agit pas du sentiment qu'il avait connu lorsque il avait débarqué sur le campus de Stanford. Ayant grandi à Wexford, en Pennsylvanie, Thomas Keiser espérait jouer dans l'ACC, la Big Ten ou la Big East. Mais avec une moyenne excellente de 3.8 au lycée (le systéme de notation Américain note sur 5), Thomas Keiser reçu une bourse universitaire de la part de Stanford, l'une des trois plus prestigieuses universités des USA.  Il a réussi une moyenne de 3,2 à Stanford tout en se spécialisant dans la technologie des sciences de la société avec une option en langue arabe.
Keiser entend œuvrer pour obtenir son diplôme universitaire dés la fin de la saison, en déclarant: "Je veux encore remonter un peu ma moyenne." Pour Thomas Keiser, il y a toujours plus à faire.
"C'est un gars très athlétique, mais ce n'est pas un monstre de la nature comme certains des DE de la ligue" a déclaré Sione Fua, compagnon de Keiser dans la ligne défensive de Stanford et des Panthers. "Il a quelque chose que vous ne pouvez pas mesurer. Son travail et son éthique le mette en avance sur certains mecs beaucoup plus talentueux.
"Il a la capacité mentale d'apprendre le système et il sait à quoi s'attendre. Il écoute simplement les coach et il devient juste meilleur."
 
Son départ anticipé de Stanford
 
Avoir de la chance n'est pas dans la mentalité de Thomas de Keiser. Il a décidé, après avoir obtenu 5,5 sacks lors de son année junior en 2010 à Stanford, de devenir pro. Il avait prit la décision de quitter Stanford bien avant que son Coach Jim Harbaugh ne soit devenu le Head Coach des 49ers de San Francisco.
Ne pas avoir invité au Combine NFL le vexa. Se blesser lors du Pro-Day de Stanford le fit dégringoler dans les mocks draft. Le lock-out rendit Thomas Keiser pratiquement invisible.
"Un journaliste de la Bay Area m'a demandé si j'avais fait une erreur, lorsque le lock-out s'est mis en place. Je ne pouvais absolument pas comprendre pourquoi les gens pensaient cela". a déclaré Keiser .
"Tout ce que je voulais vraiment c'était avoir l'occasion de jouer dans la NFL. Je savais bien que rien n'était garanti. J'ai simplement senti qu'il était temps pour moi de passer à l'étape au dessus. A ce point, c'était à moi de donner le meilleur de moi-même. "
Lorsque le lock-out fut terminé, Keiser reçu des appels d'une poignée d'équipes demandant s'il serait intéressé pour intégrer les Trainings Camps. Il a considéré toutes ses options et décidé de tenter sa chance avec les Panthers. Contre toute attente, Thomas Keiser était sur la liste des 53 joueurs le jour du cut final. Mais un jour plus tard, il fut libéré. Les Panthers l'ajoutèrent au practice squad dans la foulée... Ce n'était ce qu'il avait imaginé, mais c'était déjà mieux que rien.
"Il a juste travaillé sans relâche pour devenir un meilleur joueur de football. Je lui ai parler tout au long de la saison en lui disant "Reste prêt". Il me disait: "Coach, oui monsieur, je serais prêt". déclara par la suite le coordinateur défensif Sean McDermott.
 
Une famille de militaires
 
L'intérêt de Thomas Keiser aux carrières militaire est réellement authentique. Son grand-père et son père ont tous deux servis leur pays et Thomas Keiser est réellement allé jusqu'à visiter des centres de recrutement de l'Armée afin de parler avec les administrateurs de Stanford sur ses différentes options.
Ayant été élevé dans une culture militaire, à entendre les histoires racontées par son père et son grand-père, Thomas Keiser déclara qu'il ressentait bel et bien un appel du devoir.
"J'ai vite été attiré par les opérations spéciales. Le Football et les opérations spéciales ne sont pas la même chose mais ils sont similaires car vous devez arriver à vous pousser à la fois physiquement et mentalement" a déclaré Keiser.
"C'est ce qui m'a attiré, s'entourer d'un groupe de bons gars. Simplement avoir cette opportunité de servir votre pays et l'expérience de quelque chose de nouveau. Aider les gens à travers le monde, c'est juste quelque chose que j'imaginais être une bonne expérience. "
Sione Fua déclara que Keiser lui avait parlé à Stanford de son intérêt pour une carrière militaire si le football ne fonctionnait pas pour lui.
"Cela montre quel genre de gars il est" a déclaré Fua. "Il est courageux. Il est très courageux"
"Je n'aurais pas le courage de m'engager dans l'armée de mon coté. C'est un gars très spécial."
C'est ce qui a attiré l'attention des Panthers. Keiser a fait ce qui lui a été demandé et plus encore. Il restait après les réunions et après l'entraînement, sans promesse d'être retenu dans la liste active.
 
L'impact psychologique
 
Dans une ligue qui semble construit sur le Grand, le plus rapide, le plus fort, Thomas Keiser n'est pas le plus grand, ni le plus rapide ni le plus fort au poste de Défensive End. Son impact, cependant, a été spectaculaire dès son arrivée.
"Vous aimez voir une histoire comme ça" a dit Sean McDermott. "C'est un gars qui a travaillé plus dur que les autres afin d'être un bon joueur de football. Il n''a pas encore de nom connu, nous le savons tous, mais il continue à travailler dur et de jouer avec beaucoup d'efforts. Il y a peut-être beaucoup de gens plus talentueux que lui , mais il en veut. C'est ce que j'aime chez lui. "
Le General Manager des Panthers Marty Hurney évalue des talents de football depuis longtemps. Il a vu des étoiles sortir et après coup devenir des succès. Aujourd'hui, Thomas Keiser apporte un sourire au visage de Hurney.
"Il apporte tellement d'énergie à l'équipe" dit Hurney. "Il joue avec ténacité et une énorme énergie remplie de discipline. C'est l'un de ces gars qui peut jouer très longtemps parce qu'il joue de la façon dont vous êtes censé jouer chez les pros".
"La Draft est une science inexacte. Ce que vous ne pouvez pas mesurer est le cœur d'un gars. Son cœur et sa détermination l'aident à obtenir le maximum de ses capacité."

1 commentaire:

  1. je suis fan de ce joueur ! j'espere qu'il va faire une grande carrière chez nous !!

    RépondreSupprimer