jeudi 15 décembre 2011

James Anderson, Le nouveau leader de la Défense.

Rashad Butler, DeAngelo Williams et James Anderson lors de leur arrivée aux Panthers en 2006.

Les Carolina Panthers ont sélectionnés James Anderson, né à Roanoke Rapids en Caroline du Nord, à sa sortie de l'université de Virginia Tech au 3ème tour (88e choix total) lors de la Draft 2006. Anderson fut drafté avec le pick compensatoire acquis par les Panthers après que les Chicago Bears aient signé le CB free agent à l'époque Ricky Manning alors que les Panths avaient pris la décision de ne pas égaler l'offre faite par la Franchise de Chicago. Linebacker très instinctif, James Anderson possède un profil particulier dans le paysage de la NFL. Le joueur est en effet titulaire d'un diplôme en Studio Arts et il est un artiste amateur qui espère ouvrir sa propre galerie dans le futur.
Avec son 1m85 et ses 107 Kg, il avait démontré sa vitesse lors du Combine d'Indianapolis en réalisant un excellent temps de 4.5 secondes au 40 yards, ainsi qu'une détente sèche de 104 cm au saut vertical, il était donc facile de voir pourquoi il était si attrayant pour de nombreuses Franchises NFL.
Mais James Anderson a cependant mis du temps à s'imposer réellement dans le corps de Linebackers bien fourni des Panthers ces dernières saisons. Il a ainsi débuté en jouant essentiellement dans les équipes spéciales lors de son année rookie, apparaissant dans l'ensemble des seize matchs avec deux titularisations qui lui permirent de cumuler 21 plaquages, 2 sacks et 2 fumbles forcés cette année la.
Les deux saisons suivantes, Anderson n’apparut que lors de dix-huit matchs de saisons régulière pour seulement 20 plaquages et de nombreux fans s'attendaient à le voir partir à la fin de son contrat rookie portant sur trois saisons.


Mais le Coaching Staff de l'époque avait repéré tout le potentiel du joueur et le staff lui fit signer un nouveau contrat de deux saisons. C'est alors qu'il commença à démontrer de réelles aptitudes prometteuses. Durant la saison 2009, Anderson apparu dans l'ensemble des seize matchs, pour 7 titularisations et 65 plaquages, 1 sack et 1 fumble forcé. Devenu le back-up numéro un dans la rotation des Linebackers, il avait laissé une très forte impression sur le terrain.
C'est donc en toute logique que James Anderson fut désigné comme le starter au poste de Thomas Davis, lorsque celui se blessa à son genou en octobre 2010. Cette campagne 2010 lui permit d'exploser sur la scène NFL avec 130 plaquages, 3.5 sacks, 5 passes déviées, 1 interception et 2 fumbles forcés en 15 titularisations. Devant cette énorme saison réalisée par le joueur de 27 ans, les Panthers le récompensèrent avec un contrat de cinq ans et 22,000,000 $, liant le joueur à la franchise de Caroline jusqu'en 2016.
Cette signature, cumulée à celles de Jon Beason et Thomas Davis lors de l'intersaison 2011, permettait aux Panthers de posséder l'un des, sinon le meilleur, corps de Linebackers dans l'ensemble de la NFL. La rotation des 3 starters James Anderson, Jon Beason et Thomas Davis promettait des jours bien malheureux pour les Running Backs adverses. Malheureusement, le sort en décida autrement et les deux blessures de Beason et Davis mirent fin au fabuleux trio, laissant Anderson devant des responsabilités accrues et d'autant plus importantes. Devenu le leader de la défense des Panthers, le Linebacker de 28 ans, désormais dans sa sixième saison de NFL en Caroline, a répondu brillamment à cet appel, faisant apparaitre un leadership naturel et plus qu'éfficace.
Cette saison, James Anderson réalise une année de calibre Pro-Bowl en débutant les treize matchs des Panths pour 117 plaquages (5e stat NFL), 1.5 sack, 7 passes déviées et 1 interception.
Émancipé, il est cette saison définitivement devenu l'un des favori des fans du Bank of America Stadium de part son énorme abattage sur le field et son Leadership impeccable dans une jeune Défense des Panths qui s'est améliorée tout au fil de la saison. Tous sont désormais impatient de voir comment le jeu d'Anderson va encore progresser dans les années à venir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire